Le rôle de l’aidant

L’aidant est le nom donné à la personne qui vient en aide à un proche en perte d’autonomie ou en situation de handicap. Il occupe donc une place privilégiée dans l’accompagnement. La proximité entre l’aidant et la personne aidée peut devenir une véritable ressource qu’il faut préserver.

Qu’est-ce qu’un aidant ?

Le terme d’aidant est attribué à tout individu, professionnel ou non, qui apporte de l’aide à une personne dépendante pour accomplir des actes essentiels de la vie quotidienne : toilette, soins, démarches administratives, soutien psychologique, activités domestiques, vigilance, coordination des différents intervenants à domicile…

On parle souvent d’aidant familial car dans la majorité des cas, l’aidant est un parent proche de la personne dépendante : un conjoint, un enfant (majeur ou non) ou bien un membre de la famille. Les aidants peuvent également être des amis ou des voisins.

Avec l’augmentation du vieillissement de la population, le rôle des aidants est devenu primordial. D’autant plus que la majorité des personnes en situation de handicap souhaitent continuer de vivre à domicile. Les missions des aidants sont donc bien réelles, essentielles, et exigeantes. Ce sont eux qui permettent aux personnes en situation de handicap de continuer à vivre à leur domicile selon leur choix.

Comment me former au rôle d’aidant ?

La formation au rôle d’aidant est essentielle. En effet, l’aidant a besoin de comprendre son proche, sa maladie, d’être initié à certaines techniques de soins, mais également de connaître les répercussions qui peuvent être engendrées sur sa vie quotidienne (fatigue, stress).

Il existe pour cela plusieurs lieux pour s’informer, échanger et se former :

Il est recommandé aux aidants de faire un point régulier avec des professionnels de santé. Votre médecin traitant est le mieux placé pour évaluer votre état de santé et organiser un suivi régulier. Il délivre également des conseils dans l’accompagnement du proche et les bons gestes à adopter : hygiène de vie, équilibre des repas, qualité du sommeil, maintien de la vie sociale…

Il existe également des professionnels spécialisés dans l’accompagnement. Avec eux, vous pourrez obtenir une écoute, un soutien moral, ainsi que des conseils sur les aides à domicile et les solutions de répit.

Échanger avec d’autres aidants est aussi essentiel. Au-delà d’un partage d’expérience, ces moments permettent de ne pas rester seul face à ses interrogations ou ses doutes et de trouver des réponses pratiques face aux difficultés rencontrées.

Et si je travaille ?

Lorsqu’un de vos proches subi une perte d’autonomie et que vous travaillez, différents dispositifs d’aides peuvent vous apporter un soutien au quotidien. Il peut s’agir de professionnels de l’aide à domicile, de temps libéré par votre employeur ou encore de rémunérer l’aide que vous apportez.

Financement d’aides au domicile

Il est possible de recourir à des aides à domicile pour vous soutenir dans l’aide apportée à votre proche. Il peut s’agir de l’intervention d’un service d’aide à domicile ou bien de la mise en place de portages de repas.

Ces aides peuvent être  financées dans le cadre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) ou bien par les caisses de retraite.

Si votre proche bénéficie déjà de l’APA et est amené, pour des questions d’autonomie, à résider chez vous, alors il peut continuer à  bénéficier à votre domicile de ce qui est prévu dans son plan d’aide. Si votre proche ne bénéficie pas de l’APA, il convient de s’adresser au point d’information local dont dépend votre domicile (CLIC).

Le CLIC vous informera sur les différentes aides possibles en fonction de la situation et des besoins de votre proche. Il pourra vous aider dans la mise en œuvre de ces aides tout en vous en aidant au dépôt de la demande d’APA si votre proche remplit les conditions d’éligibilité.

Trouvez le CLIC le plus proche de chez vous sur notre carte.

Auprès de votre employeur

Que vous soyez salarié dans le privé ou fonctionnaire, des dispositifs sont prévus pour vous aider à concilier votre vie professionnelle à votre travail d’aidant. Ces mesures peuvent prendre la forme de :

  • congé de proche aidant pour les salariés du secteur privé,
  • mise en disponibilité, temps partiel pour les fonctionnaires, don de jour de congés
  • congé de solidarité familiale pour les salariés du privé et les fonctionnaires.

Être rémunéré pour l’aide apportée à un proche

Si une personne âgée est bénéficiaire de l’APA, la loi l’autorise à employer un membre de sa famille (à l’exception du conjoint, concubin ou partenaire de PACS) en tant qu’aide à domicile dans le cadre. Son allocation permet ainsi de rémunérer le membre de la famille qui intervient auprès d’elle.

En tant que bénéficiaire de l’APA, la personne en situation de handicap doit pouvoir justifier au Département l’utilisation conforme des sommes versées conformément à ce que prévoit son plan d’aide (nombre d’heures réalisées, type d’aide apportée…).

J’ai besoin de souffler, que faire ?

La plateforme départementale d’accompagnement et de répit propose un suivi spécifique aux aidants. Par le biais d’une large palette d’actions de soutien et de répit, cette structure favorise le maintien à domicile et la préservation du lien entre l’aidant et son proche.

Plus d’informations sur le site du Centre Hospitalier de Bigorre.

Contacts

Service Enfants adultes
Maison Départementale pour l’Autonomie
05 62 56 73 50
Contactez-nous